Poèmes

Daniel

par Alfred de Vigny

Alfred de Vigny

Comme les deux vieillards qui poursuivaient
Suzanne,
Pierre le
Chasseur d'ours et
George le
Marchand
Te font la cour, ô
France ! et leur esprit méchant,
N'ayant pu te séduire, à grands cris te profane.

Ils veulent qu'à la mort le juge te condamne
Pour te fouler aux pieds du levant au couchant,
Pour effacer ton nom et partager ton champ,
Et se passer entre eux l'impure courtisane.

Mais que vienne un
Esprit parlant au nom du
Ciel,
Et, troublant les conseils de la voix qui t'accuse,
Il dira, pour changer l'absinthe amère en miel :

«
Son esprit est troublé, mais il est pur de fiel

Et plus grand, devant
Dieu, que votre esprit de ruse;

Moi, je la sauverai, car je suis
Daniel. »



Poème publié et mis à jour le: 12 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top