Poèmes

Trente-Deuxième Année

par Alfred de Vigny

Alfred de Vigny

Tombe dans le néant, trente-deuxième année,
Temps maudit et fatal, si lentement compté;
Efface pour jamais ton heure empoisonnée
Du cadran de l'Eternité !

Que l'aiguille de
Dieu jamais encor ne passe
Sur un chiffre aussi noir, car l'aiguille en passant
Pour longtemps traînerait le venin dans l'espace
Comme un pied blessé traîne du sang.

Et les ans qui suivraient seraient teints de ta rouille...



Poème publié et mis à jour le: 12 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top