Ce Matin, Michel Deguy
Poèmes

Ce Matin

par Michel Deguy

Silence de nuit complète à cinq heures
Janacek en quatuor à son dernier amour
Debussy pour
Chouchou fabrique un gollywooks
J'ai le tome de
Martin sur les genoux

De quoi hier ce lendemain était-il fait
Dont ils ne savaient rien nous le savons
Eux qui furent égaux dans cette nescience
Nous fiers comme des rieuses de veillée
Qui savons cela
Tout cela de plus
A la fin au moins cela qui n'est rien d'autre

Le gros caillou remonte
Dans la nuit tombe et en tombant retombe
Ils en sont à la fin d'aujourd'hui
Nous bien sûr au début de ce jour
Et eux là-bas hier encore à
L.A là
La faucheuse qui n'existe pas plus qu'un dieu
Les fauche eux et euses

Ce qui échappe avec le mot qui échappe ce n'est pas seulement un autre mot mais ce que les mots de la phrase comme des doigts tressent en laissant fuir

Une houle rostrale d'espace pousse

Le spacieux mascaret du vide

Rien qu'inventive expansion de nébuleuses en proue

Mais où donc est passé le temps ?

Des monades

sur la terre comme au ciel

implosent en trous noirs

Le centre est le sommet

Ce point le plus exposé au soleil

Il y a une écaille de la terre partout

À chaque seconde qui est plus proche

Du soleil que toutes les autres

Il y tombe à pic — pour un œil

À ce moment qui passe au zénith et que

Le reflet d'un éclair aveugle

Comme à l'orchestre tour à tour

Un spectateur s'allume

Au réverbère en diamant de la star

Qui lui tape maintenant dans l'œil

Pénélope c'était donc ça

La tapisserie d'un jour

Dont la nuit aura feint l'amnésie

Mailles de biens, d'échappée, de renonces

Faux filées de lecture et ratio de lumière

Elle lègue aux familles régnantes

La joie de ses derniers moments

De chacun on pourra dire

Il avait essayé plusieurs fois de se tuer

Veille à te regarder

pour te faire disparaître

La flèche touche une chose dans la nuit

Qui en devient sa cible
Un sens nous sommes

avides de signes

J'ai tout à me reprocher

dit le poème mot-dit

Car vous n'êtes pas irraprochables

— par l'anneau d'un comme visible ou non —

amis ennemis phases et phrases.

D n'y a jamais que groupes de ressemblances

faisceaux de semblants pour la pensée

qui s'approche du comme-un des mortels

cette anthropomorphose qui pourrait échouer



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top