Cardiogramme, Michel Deguy
Poèmes

Cardiogramme

par Michel Deguy

La
Seine était verte à ton bras

Plus loin que le pont
Mirabeau sous

les collines comme une respiration

La banlieue nous prisait

J'aurais voulu j'aurais

tant besoin que tu penses du bien

Mais le courage maintenant d'

un cœur comme un prisonnier furieux comme un cœur

chassera du lyrique le remords de soi !

L'allongement du jour nous a privés de jours

Le jusant de la nuit nous détoure les nuits

O mon amour paradoxal !
Nous nous privions de poésie

Mais le courage sera de priver le poème

du goût de rien sur le goût de tout



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top