Complainte du Kervert, Michel Deguy
Poèmes

Complainte du Kervert

par Michel Deguy

Ce que la houle entonnait du plus loin
Le vent le transmettait bien plus loin que la grève

Les pins c'était la mer allée avec le vent
Sous les souffles cédait un pan de tamaris
Lentes paissaient les bêtes aux yeux trop séparés

Dont la frayeur s'apaise entre nos mains

L'errant déchaux aux mains fanées
Environné de ruines et des cris des oiseaux
L'homme qui se défait et se refait
En un point de stupeur qui découpe le temps
Ce qui dure se montre à lui sous son dernier visage

Oli désastre de choses muettes
Oh blessure en un corps d'être une bouche momwnte

Où s'enlisent et se perdent

Trop de voix étrangères qui cherchaient une entente.

Le marcheur aujourd'hui a désappris les pierres

Pour lui le tout n'est plus ce grand cercle de vue



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top