Balade 24, Othon de Grandson
Poèmes

Balade 24

par Othon de Grandson

Certes,
Amour, c'est chose convenable
Que vos grands biens fassiez comparer :

Veiller au lit et jeûner à la table,

Rire en pleurant et en plaignant chanter,

Baisser les yeux quand on doit regarder,

Souvent changer couleur et contenance,

Plaindre en dormant et songer à la danse,

Tout au rebours de ce qu'on veut trouver.

Jalousie est la mère du dyable,

Elle veut tout veoir et écouter,

Ni nul ne fait chose si raisonnable

Que tout à mal ne le veuille tourner.

Amour, ainsi faut vos dons acheter,

Et vous donnez souvent sans ordonnance

Assez douleur et petit de plaisance,
Tout au rebours de ce qu'on veut trouver.

Pour un bref temps, le jeu est agréable.
Mais par trop est encombreux à passer,

Et, ja soit-il aux dames honorables,

A leurs servants est trop grief * à porter.

Toujours convient souffrir et endurer,

Sans nul certain languir en espérance

Et recevoir mainte maie méchance,

Tout au rebours de ce qu'on veut trouver.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top