Altruisme - Sonnet, Alain Bosquet
Poèmes

Altruisme - Sonnet

par Alain Bosquet

Moi je n'existe pas : c'est le peuple qui compte, et l'usine trop froide, et le pain trop salé, le métro dans le crâne et la lune moqueuse comme une pomme jaune où dort la
pourriture.

Moi je n'existe pas : je traduis la terreur

de la main qui se tend sans trouver d'autre main,

de l'oeil qui voudrait voir un œil venir à lui,

du mot perdu parce qu'un mot soudain lui manque.

Moi je n'existe pas : j'évoque la justice, le platane amical, la rosée qui est tendre, le travail devenant une fête au soleil.

Moi je n'existe pas : si mon absence émeut quelques-uns d'entre vous, c'est que je vais revivre, outil de chair dont vous ferez un bon usage.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top