Poèmes

36 Blues

par Argenty Jean

J’ai dépensé Trente-Six Écus pour soigner mon ongle incarné
J’ai lu et relu les relous et les ploucs, les vendus de librairie
J’ai lu et relu, j’ai même vomi sur les jaquettes butinées
J’ai dépensé Trente-Six Écus comme des chandelles, pour voir

La bleuzaille, je l’ai viré, expulsée par la peau du cul
La sueur de ma colère me brûlait les yeux jusqu’aux ouïes
Sourd je fus, sourd à lier, possédé par la limaille de bleu
Je suais dans la rue noire, saint suaire autour des putes

Bleu comme un laminoir de Judée, je fus apostolique
Puis je fus alcoolique, amère tuerie, jettes du riz sur les noces
Je démarchais saoul comme un paon à la queue déployée
Psychédélique, entéléchique, choc et cru, cloque et chic

A cloche-pieds dans la bouse des ans, je déboutonne mon futal
Je pisse sur des culs de nonnes posés là par l’armée déroutée
Une faim de guerre, de larmes sanglantes et de chairs appâtées
Une faim de guerre me saisit la tripaille comme une gastro

Mort à l’ennui, mort à la nostalgie, voici mes Écus, Trente-Six
Mes mains tendues vers la madone sont toutes de merde constellées
Acceptes mes caresses, chair de plâtre, acceptes mon compliment
Que sur ton condiment, endimanché se démanche mon essentiel

J’ai choisi d’être rustre ce soir, à cause de cet ongle mal rangé
La douleur fait grossièreté, entièreté faute de manucure
Vois les entailles que font mes ouïes entre mes côtelettes
Je suis mi-poisson, l’ami des Lunes échouées, l’ami à moitié

Je m’y poisson, ratissant mon sang d’arêtes indésirables
Essayes-toi-z-y à cette langue polymorphe, jésuite de la création
Essayes-toi-z-y pour sentir sa non gratuité ne fusse qu’une demi seconde

Que vois-tu de la tension de chaque écaille sur une peau d’homme
Mais je reviens à mes débuts, rebut de la polémique vile
J’ai dépensé Trente-Six Écus, oui, faute d’Euros, faute de Stars

Trente-Six pour voir

Extrait de: 
Voyage dans les Andains

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top