Sonnet en Couples Masculines, Marc de Papillon de Lasphrise
Poèmes

Sonnet en Couples Masculines

par Marc de Papillon de Lasphrise

On peut, ayant l'esprit du tout magicien,
Faire comme accoiser les brouillars furieux :
Il n'est marbre si dur, ni feu audacieux,
Qui en fin ne se cave, et ne s'esteigne bien.

Mais hommes, anges, dieux, ni le cours
Stygien,

N'ont pouvoir sur l'ardeur qui commande à mes yeux,
Encore que ton œil (digne flambeau des cieux)
Ne me vueille esclairer d'un soleil
Papien.

On verra l'air pesant, et le terroir léger,

Paravant que mon cœur se connoisse changer,
Deusé-je estre pour toy un nouvel
Ixion.

Car mon amour,
Madame, est comme l'or parfet,
Qui plus est au fourneau, plus il est pur et net,
Et n'est jamais subject à la corruption.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top