Poèmes

Prières Errantes

par Pierre Dhainaut

Tout ce temps que nous donnons au temps

sur le seuil dont les marches sont lisses,

n'exige aucune récompense, laisse apparaître

la neige, le pollen, les embruns, puis l'ombre,

cette ombre sourde, quand les années se comptent,

a besoin de tendresse : que tu la rendes, enfin,

légère au sol comme dans la poitrine,

entrer, sortir, que tu sois équitable,

quelle saison nous reniera ?


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top