Poèmes

Introduction au Large

par Pierre Dhainaut

La prudence, le coeur sec, le seul souci de soi,

nous avons cru tenir ferme, nous suffire,

nous ne fixerons rien de nous, pas plus sur cette page

qu'à travers l'espace.
Par exemple arbre ou sable,

une main n'écrivant ces noms que pour eux-mêmes

ne craindra ni le froid ni la blessure

là-bas comme en profondeur sous l'écorce et parviendra

à réunir la sève au souffle.
Un seuil,

partout, le seuil d'avril, la grande force est libre

de s'engendrer, de nous conduire.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top