Les Yeux, Michel Deguy
Poèmes

Les Yeux

par Michel Deguy

Cri de corbeau des yeux qu'enfoncent les poings en deuil :

Le même bruit sous les paupières closes, où le même hiver pâle attend

Tes yeux longeaient mes yeux; ils rampaient jusqu'aux miens

Cherchant la mire invisible où j'eusse aimé paraître
Puis tes yeux se cabraient

La bête agile des prunelles, toute la violence de l'autre espèce s'y résume; mais les yeux encerclés de mémoire, rapides comme l'oiseau, les yeux sont retenus captifs
aux menottes des os

Cri de corbeau le même cri sous les paupières closes où le pâle hiver de mémoire sommeille



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top