Les Tâches, Michel Deguy
Poèmes

Les Tâches

par Michel Deguy

Le film jetait aux yeux des compositions brillantes, trop brèves pour être vraiment vues, mais faisant de l'effet, frappantes ; figures où les éléments, taches
lumineuses, ne persistaient que le temps qu'il fallait pour que la dé-composition fût visible comme telle ; ainsi la synthèse était-elle à la mesure de la puissance de
défaire et commandée par elle.

C'était un court métrage en « couleurs électroniques » sur fond de rhapsodie hongroise ; en soi de nul intérêt, bien sûr, mais il soulignait comme une
affiche la passion de ce temps : désintégration.

Epoque de l'analyse, de la défection, c'est-à-dire en même temps de la confection, de la synthèse.
Celle-ci n'échappe pas à ce que l'analyse a défait ; elles forment un ensemble typique, déploiement de l'esprit de la
Méthode, qui culmine en symptômes de fièvre écarlate.

Dès lors notre problème : comment refaire autre chose ; comment composer ? quelle possibilité de créer ? il ne s'agit plus de garrotter simplement, par réaction,
l'hémorragie qui continuera jusqu'à l'exsanguination ; il ne s'agit plus de « nouvelles combinaisons », car précisément aujourd'hui tout est
synthétique.
Inventer autre chose, peut-être est-ce trouver quelque chose qui soit déjà, depuis toujours déjà, mystérieusement un, agencé de soi ; qui n'ait pas
été fait, mais rencontré là ; un univers hébergeant la profondeur, un gîte sur lequel ensuite nous jetterons nos yeux séparateurs pour commencer de
comprendre...



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top