Le Scenario, Michel Deguy
Poèmes

Le Scenario

par Michel Deguy

Cri perçant du cacatoès dont l'aile blanche éclate au premier plan ; la porte expulse Kane ; le visage, la voussure, comme un poing, fermés sur Rosebud.

En même temps, là-bas, au fond, bien au-dessous

La calme commissure d'écume de la mer ; colère de l'oiseau, paix de la vague, entre elles passe Kanc où s'apaise la colère ; il unifie la mer et l'oiseau.

Trace de vision, vestige du passage vertigineux du présent, le poème ne serait-il pas scénario d'une manière essentielle ? A côté du poème il appartient au
cinéaste d'inventer, dans la trouée ouverte par celui-ci, la vision amie du texte, capable de l'escorter de son battement d'ailes. Le cinéaste lâchera les oiseaux qui
conviennent. Il faut et il suffit que de pures visions se succèdent, déconcertant à la recherche d'un concert plus secret. La main du cinéaste imitera celle de l'aveugle
inventant sa roule, dont l'imprévoyance se fraie doucement passage dans son espace au-dedans de l'espace. 11 ne contemple aucun repère, et tâtonnant s'oriente sur l'obscur
pressentiment qui le guide.

Très tôt l'enfant va au cinéma ; il entre dans la chambre noire, seul avec cent solitaires, et suit comme avec les yeux intérieurs une sorte de rêverie aux tons
funèbres. Il retourne voir Heathcliff pousser éperdûment son cheval sur les murs bas des moors, et parmi la bruyère venteuse promettre au visage aigu de Merle Obé-ron
son amour lâche et parfait.

C'est un travail de poésie. Il y apprend à voir : les dialogues violents et maladroits ; le désordre qui se change en destin ; le regard investi dans son paysage partiel ; la
présence perpétuelle du corps ; le chant de la profondeur ; tout ce qu'il faut délaisser pour agir; l'étran-geté du héros à sa propre histoire ; le bruit et
la fureur étouffant le sens qui se cherche ; la précession de la parole sur la pensée ; le silence insolite des choses pendant la gestation d'on ne sait quoi ; profusion qui ne
comble pas la soif qu'elle creuse...

Le film correspond à notre besoin de contemplation ; il peut nous offrir ce que le regard désire contempler mais n'y parvient presque jamais sans l'œuvre. En nous un pouvoir
d'attention que rien de discursif ne peut combler, mais seul l'excès de l'alcntour. L'intuition réclame sa part.

Frustré de rien rencontrer pour ce regard l'homme laborieux s'ennuie incessamment ; béante en nous toujours la soif de béatitude, elle attend son plein de déception.

Lieu : la terre.

Acteurs : l'humanité, c'est-à-dire à chaque fois la foule innombrable, lyncheuse et suicidaire.

Intrigue : ce qui se trame contre l'homme. « Le mouvement en profondeur de l'ébranlement mondial que nous vivons heure par heure. »

A Paris, des chirurgiens ruisselants et masqués élargissent des aortes d'un mouvement d'ongle parfaitement mécanique et parfaitement intelligent ; dans le froid de la nuit,
l'observatoire du Mont-Wilson entrouvre sa coquille et des savants emmitouflés scrutent à des milliers d'années-lumière l'explosion des mondes ; dans la forêt
panaméenne, le shaman accroupi sous le hamac où geint la femme cuna exhorte la déesse muu et ses filles à libérer la parturiante ; en plein Aurès, le jeune
factionnaire frissonnant guette parmi le cailloutis l'ombre du fellegh, rêvant aux rues de son village où son enfant lui prend la main...

Attention : il ne conviendrait pas de travestir simplement nos postures sous un nouveau plumage de printemps à porter au compte d'une ultime fantaisie de la nature, d'une mue
inévitable « étant données les conditions historiques ». Il s'agit de dérouter tout entomologiste, tout sociologue. Dérouter, c'est célébrer
l'arrêt sur la route, un lieu-halte hors de tout le processus — un seul lieu tel : l'art. Et si le savoir ne sait qu'épingler le présent dans le fichier des causes, il
faudra s'en méfier, confier l'esprit à la distraction.

Il y aurait à imaginer de grandes ruptures, un langage surprenant qui sème le soupçon, propice à la liberté.

L'art, pour couver l'éclosion d'un être dressé à la lisière du jour, docile aux lois du séjour, mais étonné de l'énigme, et plus fort à cause
d'elle que toute violence, apte à briser en lui la haine, à écarter pour son frère la pesanteur.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top