La Force, Louis Aragon
Poèmes

La Force

par Louis Aragon

à
Marcel
Duchamp

Nous avons fait le bien comme ils ont fait le mal
Nous avons empêché d'écraser un aveugle
Un jeune automobiliste inexpérimenté

Premier point
Puis tendant une main avant tout secourable
Nous avons traversé le boulevard
Péreire
Avec une maman de nourrissons chargée

Deuxième point
Nous avons salué tous les enterrements
Nous avons écrasé de mépris et d'insultes
Tous les godelureaux et les autres vauriens

Troisième point
Nous avons prodigué dans notre ardeur naïve
Des encouragements à tous les bons vieillards
Aux travailleurs aux enfants de l'école aux veuves

Quatrième point
Aux orphelins aux employés du métropolitain
Aux cireurs de bottines aux professionnels
De la parole aux petits télégraphistes

En on mot
Comme le brave empereur
Trajan
On peut bien dire par ce joli soir lumineux
Que nous n'avons pas tout à fait perdu notre journée



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top