Poèmes

Dernier Dimanche de L'été

par Jacques Réda

(Le ciel détruit, le pâle échafaudage en feu sur la vallée où les chemins, aux abords du village, rôdent comme l'idiot ; et le disque de l'étang mort haut
déjà sur les vignes dévoyées par cette brûlure : dimanche dans le long délabrement des cloches, le tonnerre muet du temps.)
Qui nous délivrera ; qui viendra nous chercher dans ces

décombres ?
Est-il vrai qu'au bas du jardin où l'on brûle des ronces
La fumée invisible a pressenti le vent d'automne
Et qu'un frisson de l'oseraie a desserré les dents
Qui traînent l'horizon dans sa propre poussière ?
Le jour aux yeux crevés reste seul assis sur la place ;
Durent jusqu'à la nuit sous les hangars méconnaissables
L'angoisse des enfants et la tristesse des outils.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top