Été, Georg Trakl
Poèmes

Été

par Georg Trakl

Le soir se tait la plainte
Du coucou dans la forêt.
Plus bas s’inclinent l’épi,
Le coquelicot.

L’orage noir menace
Au-dessus de la colline.
La vieille chanson du grillon
Meurt dans le champ.

Jamais ne bouge
Le feuillage du châtaignier.
Sur l’escalier tournant
Bruissent tes vêtements.

Calme brille la bougie
Dans la chambre obscure ;
Une main d’argent
L’éteint.

Pas de vent, nuit sans étoile.

Extrait de: 
1986, Poèmes, trad. Guillevic (Editions Obsidiane)



Poème publié et mis à jour le: 02 aot 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top