Poèmes

Crible

par Rene Char

René Char

Plus il comprend, plus il souffre. Plus il sait, plus il est déchiré. Mais sa lucidité est à la mesure de son chagrin et sa ténacité à celle de son
désespoir.

Le désir ne sème ni ne moissonne, ne succède qu'à lui et n'appartient qu'à lui. Il se désigne cependant comme le créancier absolu.

Jeunes, à la minute, vous seuls savez dire la vérité, en dessiner l'initial, l'imprévoyant sourire.

On ne contourne pas, on passe. On croit passer, on touche au terme. L'étendue de futur dont le cœur s'entourait s'est repliée.

Un murmure d'amour, un murmure de haine. Il ne se dérobait pas, s'enfonçant dans le dédale et l'invisibilité d'une âpre pauvreté, d'un secret martial, pour ne plus
les entendre.

Paresseusement s'effaçait de la corniche du toit la fable d'enfance de l'hirondelle successive.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top