Poèmes

Cours des Argiles

par Rene Char

René Char

Vois bien, portier aigu, du matin au matin,

Longues, lovant leur jet, les ronces frénétiques,

La terre nous presser de son regard absent,

La douleur s'engourdir, grillon au chant égal,

Et un dieu ne saillir que pour gonfler la soif

De ceux dont la parole aux eaux vives s'adresse.

Dès lors réjouis-toi, chère, au destin suivant :
Cette mort ne clôt pas la mémoire amoureuse.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top