Vermillon, Rene Char
Poèmes

Vermillon

par Rene Char

René Char

Réponse à un peintre

Qu'elle vienne, maîtresse, à ta marche inclinée,
Ou qu'elle appelle de la brume du bois;
Qu'en sa chambre elle soit prévenue et suivie,
Epouse à son carreau, fusée inaperçue;
Sa main, fendant la mer et caressant tes doigts,
Déplace de l'été la borne invariable.

La tempête et la nuit font chanter, je l'entends,
Dans le fer de tes murs le galet d'Agrigeme.

Fontainier, quel dépit de ne pouvoir tirer de son caveau

mesquin
La source, notre endroit!



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top