Poèmes

Célibat, Célibat, Tout N'est que Célibat

par Jules Laforgue

Sucer la chair d'un cœur élu,
Adorer de souffrants organes, Être deux avant qu'on se fane !
Ne serai-je qu'un monomane
Dissolu
Par ses travaux de décadent et de redus ?

Partout, à toute heure, le thème
De leurs toilettes, de leurs airs,
Des soirs de plage aux bals d'hiver,
Est : «
Prenez! ceci est ma chairI »
Et nous-mêmes.
Nous leur crions de tous nos airs : <*
A moi! je t'aime! »

Et l'on se salue, et l'on feint...
Et l'on s'instruit dans des écoles.
Et l'on s'évade, et l'on racole
De vénales et tristes folles;
Et l'on geint
En vers, en prose.
Au lieu de se tendre la main !

Se serrer la main sans affaires !
Selon les cœurs, selon les corps !

Trop tard.
Des faibles et des forts
Dans la curée des durs louis d'or....
Pauvre
Terre!
Histoire
Humaine : — histoire d'un célibataire.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top