Poèmes

Au Mocassin le Verbe

par Robert Desnos

Robert Desnos

Tu me suicides, si docilement.

Je te mourrai pourtant un jour.

Je connaîtrons cette femme idéale

et lentement je neigerai sur sa bouche.

Et je pleuvrai sans doute môme si je fais tard, même si

je fais beau temps.
Nous aimez si peu nos yeux et s'écroulerai cette larme sans raison bien entendu et sans tristesse.
Sans.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top