Amours du Jeune Peintre, Max Jacob
Poèmes

Amours du Jeune Peintre

par Max Jacob

AmourMax Jacob

Le soir que nous vînmes ensemble

S'asseoir sur le bord de mon lit

Tu fus surprise, ô ma jolie,

J'avais ton portrait dans ma chambre

Ton portrait peint de mon pinceau

Juste au-dessus du lavabo

«
Quoi ! j'ai l'air si belle et si noble ?

«
Comme c'est moi !
Fait de mémoire !

«
La couleur de lune à la robe !

«
J'en veux une ainsi toute en moire ! »

Le portrait avait dit : « je t'aime »

De l'amour il eut le destin.

Desinit, un jour, inpiscem

Je le touchais tous les matins :

Plus grande bouche, le nez moins fin,

Il ressemblait toujours quand même.

Trois mois !... il devint un blasphème.

Il ressemble trop à la fin.

Je couvris la toile sans haine.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top