Une Nuit d'Hiver, Tomas Tranströmer
Poèmes

Une Nuit d'Hiver

par Tomas Tranströmer

La tempête pose la bouche sur la maison
et souffle pour donner le ton.
Je dors nerveusement, me retourne, lis
les yeux fermés le texte de la tempête.

Mais les yeux de l'enfant ont grandi dans le noir
et la tempête, elle, gronde pour l'enfant.
Ils animent tous les deux les lampes qui balancent.
Et reste tous les deux à mi-chemin des mots.

La tempête a des mains enfantines et des ailes.
La caravane s'emballe vers les terres lapones.
et la maison sait quelle constellation de clous
fait tenir les cloisons.

La nuit est calme sur notre sol
(où les pas effacés
reposent comme les feuilles englouties par l'étang)
mais la nuit est sauvage dehors !

Une tempête plus sérieuse passe sur le monde.
Elle pose la bouche sur notre âme
Et souffle pour donner le ton. Nous craignons
qu'en soufflant, la tempête nous vide.



Poème publié et mis à jour le: 03 juillet 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top