Poèmes

Un chien rageur aboie dans le soir qui commence

par Jean-Michel Bollet

Un chien rageur aboie dans le soir qui commence
Et les yeux gris d’un chat semblent vouloir pouvoir
Voir s’il n’attrape pas la queue de la démence

Mais s’occupe-t-il ce Mistigri de savoir
Si l’animal pleureur se lie à la folie
Ou s’il éprouve une vile mélancolie
Que l’approche d’un beau soir aurait pu prévoir

Le jour est parti la douleur est abolie
Par la lourde épaisseur du voile de la nuit
Qui pèse sur la fleur de la peur ramollie

Sans doute que le chat sait ce qu’au fou chien nuit
Dont la vie n’est pas dès l’aurore si jolie
Mais lui ne dit rien au lys et à l’ancolie

Surtout la nuit où ses yeux gris les voient en noir.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top