Sonnet Vii - a Elle-Même, Isaac Habert
Poèmes

Sonnet Vii - a Elle-Même

par Isaac Habert

Celui ne suis-je point, divine chasseresse,
Qui veneur effronté t'aperçut dedans l'eau,

Comme tu te baignais avecques ton troupeau,
Veneur rendu la proie à sa meute traîtresse.

De chasser n'ai-je garde, étant pris en la tresse
D'un or qui plus me tient d'autant plus qu'il est beau,
Mais je le voudrais bien, et,
Aftéon ' nouveau,
Mourir tout d'une fois qui de mourir ne cesse.

Aâéon en paiement de sa témérité,

Pour avoir offensé ta sainte
Déité,

Tu voulus qu'il mourût, et moi j'en meurs d'envie.

M'achever de tuer sera me secourir :

Car puisqu'aussi vivant ne fais-je que mourir,

En me faisant mourir, tu me donras la vie.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top