Sonnet Lxi, Louis Chabans, Sieur du Maine
Poèmes

Sonnet Lxi

par Louis Chabans, Sieur du Maine

Comme les signes clairs de la ceinture oblique
Suivant de pas à pas le char roule flambeau,
Sont ofusqués sortant hors l'Empire de l'eau,
Pour venir en ces lieux par un lever
Cosmique

J'ay veu de cent beautez suivant à la
Musique,
De divers instruments.
Or viste, ores tout beau
Celle qui me captive esteindre le plus beau
Par l'esclat d'un bel œil d'où la flame est unique.

Belles tendez leur estre à ses teints trop vermeils,
Et ne vous offensez si vos aimes
Soleils
Ont rendu c'et hommage à ceux de mes guerrières,

Si quelqu'un doit blasmer leur trop claire vigueur ;
Helas ce n'est que moy qui preuve la rigueur,
Et les bruslants effects de leurs vives lumières.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top