Poèmes

Rock And Roll Suicide

par Léopold Partisan

J’ai longtemps contemplé la foule
Singeant mes grimaces
Acclamant mes menaces
Me laissant la traiter de limace

J’ai appelé à l’émeute
J’ai hurlé, éructé, vociféré
J’ai déclenché un autodafé
Mais personne n’a bougé
Ils avaient tous payé

Nitrate et chrome
Sont les voltaïques
De ton corps alambique

Rouflaquettes et mitraillettes
Daïquiris et bikinis
Zibeline et amphétamine
« Mississipi burning »
Elvis où es-tu ?

Stockholm et syndrome
Sont des accents toniques
De tes cuisses saliques

Parkas et Lambrettas
Telecaster sur Abbey road
Et scooters sur Kinks road
Sucre brun et sœur morphine
« London’s burning »
Amy et Sid où fuyez- vous ?

Nicotine et pogrom
Sont les parfaites mosaïques
De ton esprit vampirique

Dislocation et distorsion
Sur fond d’usines déclassées
Et de quartiers nécrosés
L’atmosphère s’est plombée
Jusqu’aux artères de Manchester
Ian te repens- tu ?
Business et décorum
Sont les astuces cathodiques
De tes pauses maléfiques

Princesse Diana et Pont de l’Alma
Mercedes pour altesse en détresse
Jacasse la presse dans l’allégresse
Fracasse la presse dans l’ivresse
D’un autre Whisky bar
Janis et Jim reviendriez-vous ?

Fibrome et monochrome
Seront pour les nostalgiques
De biens silencieuses reliques

Reliques
De vos corps grappillés, gaspillés
Et dédiés à vous-même…


Poème publié et mis à jour le: 02 septembre 2015

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top