Observatoire, Jules Supervielle
Poèmes

Observatoire

par Jules Supervielle

Jules Supervielle

Le plus large fleuve du monde
Me cachait vos yeux et vos bras
Mon cœur devint sans le savoir
Une île sous les eaux profondes,
Elle n'osait se laisser voir.

Plus tard, vous étiez si près
Que j'entendais votre silence,
Comme, à l'orée de la forêt, Écoute, seul, le dernier arbre.
Vous regardiez un point du ciel.

Et maintenant je ne suis plus
Que nuit dans votre ancienne rue.
Mais n'êtes-vous pas devenue
L'astronome d'un autre monde
Qui me suit de sa longue-vue?



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top