Morbihan, Eugène Guillevic
Poèmes

Morbihan

par Eugène Guillevic

Eugène Guillevic

Ce qui fut fait à ceux des miens,
Qui fut exigé de leurs mains,
Du dos cassé, des reins vrillés,

Vieille à trente ans, morte à vingt ans,
Quand le regard avait pour âge
L'âge qu'on a pour vivre clair,

Ce qui fut fait à ceux des miens,
Pas de terre assez pour manger,
Pas de temps assez pour chanter

Et c'est la terre ou c'est la mer,
Le travail qui n'est pas pour soi,
La maison qui n'est pas pour toi,

Quatorze pour les rassembler,
L'armistice pour les pleurer,
L'alcool vendu pour les calmer,

Un peu d'amour pour commencer,
Quelques années pour s'étonner,
Quelques années pour supporter,

Je ne peux pas le pardonner.



Poème publié et mis à jour le: 12 mars 2014

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top