Poèmes

Les Maîtres

par Paul Eluard

Paul Eluard

Au fort des rires secoués

Dans un cuvier de plomb

Quel bien-être d'avoir

Des ailes de chien

Qui tient un oiseau vivant dans sa gueule

Allez-vous faire l'obscurité
Pour conserver cette mine sombre
Ou bien allez-vous nous céder
Il y a de la graisse au plafond
De la salive sur les vitres
La lumière est horrible

O nuit perle perdue

Aveugle point de chute où le chagrin s'acharne.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top