Poèmes

Pablo Picasso

par Paul Eluard

Paul Eluard

Les armes du sommeil ont creusé dans la nuit
Les sillons merveilleux qui séparent nos têtes.
à travers le diamant, toute médaille est fausse,
Sous le ciel éclatant, la terre est invisible.

Le visage du cour a perdu ses couleurs
et le soleil nous cherche et la mer est aveugle.
Si nous l'abandonnons, l'horizon a des ailes
Et nos regards au loin dissipent les erreurs.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top