Poèmes

Le néant

par Amisador Andréa

Ils s'élancent vers la,destinée
Sans savoir où ils vont
Nombreux sont-ils, enorgueilli par l'épée
Rare sont-ils, heureux de mourir au front

Ils gravent leur fierté
Car flamboie l'étendard du temps
Pour le nom qui lui fût donné
Serein demeure le héros languissant

Des plus aveugles le labeur tracera le chemin
Un crépuscule où l'acier engloutira les peurs
Mais les cieux y virent un autre dessin
D'armure brisées s'abîmeront les cœurs
Alors que les sangs versés n'y furent que crachins
De la désolation ils entendirent la couleur
 
Ci-gisent des rêves à l'agonie
Sur une terre estropiée par les larmes
Reposent des corps abreuvés d'armes
Les plus lâches y dorment
Les plus braves supplient
La guerre reste un abîme où se jette les hommes
 
L'Histoire avec un grand H
S'écrit avec les sangs de grands guerriers
Chaque fois que se tourne une nouvelle page
La bravoure les guide vers le trépas
Que des nuits sans fins puisse effacer
Les souvenirs d'apatrides dont les pairs ne reviendront pas

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top