L’éclair, la désolation, la ruine poème de Amisador Andréa
Poèmes

L’éclair, la désolation, la ruine

par Amisador Andréa

Elle est sur le chemin
Feu courroucé tranchant terres et cieux
Elle présage une fin
La foudre dévore ceux qui se croyaient chasseurs
Sonnant le crépuscule de dieux
Elle calcine les vains oppresseurs

La Justice n'a pas d'ailes
Oncques fût-elle surpassée
La Justice n'a d'épée
Ses audiences en demeurent fugaces
Sa sentence sans pitié
La Justice expie leurs utopiques audaces

Multe piliers de lumière
Embrassent pour les tuer
Multe piliers de lumière
Embrasent pour les créer
Multe piliers de lumière
S'effondrent, car tourmentés

L'éther est le refuge d'impuissant
L'orage révèle les orgueilleux
Vers un purgatoire cendré
Où le chaos sème le sang
Quand l'espoir cède un adieu
A l'enfer ils sont voués


Poème publié et mis à jour le: 20 octobre 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top