Le Montreur, Louis Aragon
Poèmes

Le Montreur

par Louis Aragon

Louis Aragon

Parlé

Ici danse le zéro vide

L'absence rondo

Le vent blanc

Le repos clair de la pensée

Et peut-être avez-vous assez
De ce joli monde à sanglots

Ah qui nous débarrassera dites-vous des poètes

Mesdames messieurs

Vous vous faites de la poésie apparemment une idée

Sommaire et je vais ouvrez bien les yeux

Avoir à vous en montrer d'une sorte

Qui n'est plus de votre habitude

Mais regardez encore un peu
Ce beau néant de ma lunette
Ah si vous aviez l'âme honnête
Il vous suffirait de ce feu

Comme une bouche que tu baises
Comme un coup de poing sur le front
Comme la chute d'un marron

Dans la braise
Le soleil de la vérité
Cède à la lune du mensonge
Passons passons passons l'éponge Éclaire ta voix pour chanter

Ici danse le zéro vide
L'absence ronde
Le vent blanc



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top