La Matinee, Michel Deguy
Poèmes

La Matinee

par Michel Deguy

Pour chacun ne brille-t-il pas l'éclat tranquille du ciel ?

Léger sur la pierre quand l'instant solennel appareille, au mât de l'arbre claque l'aube ; chacun monte à bord du jour.

Une autre use l'amour de ses parents; sa mélancolie lui cache la douleur, et les varices du lierre pourrissent sa maison.

Elle laisse la maison, silencieuse et cambrée, les jeunes seins croissant.

Sur la médaille du matin le soleil frappe son profil antique.

Des visages fraternels elle écarte le couteau de son rêve.

Elle aide aux travaux simples, et sur le chemin continu de midi elle va pauvre à celui qui très proche l'attend.

Elle soutient le regard du jour, elle ne prend pas sa part d'accusation, dévie vers le bien la lame de ses songes.

Glissant sur la clairière dallée, à celui qui de son côté devient digne de la rencontrer elle appartient déjà.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top