L'éternite est dans la Cour, Gabrielle Althen
Poèmes

L'éternite est dans la Cour

par Gabrielle Althen

L'homme a agrippé la femme

Et la femme murmure

«Ne t'écarte pas, nous tombons

Tu vois, c'est un voyage dans le vent de la chute

Et c'est si beau

Le vent s'enchante

Dans la maison trop claire qui tient sa paume ouverte

Comme une plaine

Sans turbulence malgré le vent »

Tous deux s'épousent et le moment ne tombe pas

La femme ne sait pas où ils vont

L'homme croit peut-être le savoir

Elle ferme simplement les yeux

Pour mieux sentir son cœur qui navigue vers lui

Et les vergers font des étoiles

On voit le vent qui s'énamoure

Et qui secoue les arbres fous

L'homme et la femme emportent pour repères

La satiété d'anciens châteaux du paysage

Qu'ils ont toujours connus arrimés dans le temps

«Ne t'écarte pas, nous tombons»

Nœud partageable fol appui

Le voyage et son point fixe

Et le moment ne tombe pas

Et c'est sans eux que le temps se décline

Toujours est incrédule la même plaie

La plaie de blé mêlé d'ivraie

Mode à l'impersonnel

Ocre terrible sur la rose du monde

La beauté se soutient et ne nous parle pas

Le temps mordille la peur et j'habite un devoir

Surgissement qui m'étreint et me chasse de moi

Tu ne voyais donc pas qu'aucun rempart ne divise le temps !

Tout se tient

Une guirlande bruisse

Le blé flambe à petits bruits d'insectes

Le blé flambe

Et ne me brûle pas

Qui ne suis plus en moi

Je ne sais pas qui je suis

Et j'habite un devoir

En attendant que la pure plaie de l'étendue

Sous sa broderie de feuilles et de temps libre

Tienne à l'étendue d'une parole

Où nous sachions entendre

Que nous tenons ensemble

Où tout se tient

-
Dépêchons-nous déjà une guêpe vient

Sucer la cigale malade tombée vive sur le balcon



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top