Chanson D'argot, Jules Verne
Poèmes

Chanson D'argot

par Jules Verne

J'commençai par être un pante,
J't'ais, j'crois même'un daim huppé ;
Mais c't'état n'a rien qui m'tente,
Et j'grinchis, m f... du pré.

Et d'vant la carline,
Près d'être fauché,
D'Meg ' et d'boulanger
F... toi d'ça fourline.

J'grinchis d'abord quequ'toquante,

J'pris la filoche à
Chariot ;

Mais l'fortune était trop lente,

A m'faisait croquer le marmot.
Et d'vant la carline
Si l'on va t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

Et pis, j'm'embêtai des railles

Qui m'faisaient qu'battre l'autif ;

Mais, malgré toutes ces canailles,

Fallait ben avoir d'I'artif.

Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

N'ayant ren dans la gargoine
Pour manger, ni pitancher,
Ni pas mêm'de la tréfouaine,
Que je n'pouvais chiffarder !
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg ' et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

Comme rien d'mieux dans la
Sorbonne
N'aboulait, au lieu d'gouëpeur,
M'f... pas mal et du cône
D'haut ! peg ! je m'fis chourineur.
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

J'avais une têtard' de largue ;

Comm'un'girond' qu'ai était

A s'donnait aux homm', puis nargue,

J'arrivais, on les butait.

Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

Je m'iassai de ma gosseline ;

Sur le trimar, je r'froidis

J'm'en fis comme d'une vraie tontine,

Qu'c'était un vrai paradis.
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

Bref des g... d'escarp'me prirent,

On avait mangé sur moi !

J'dis qu'c'tait faux, mais ils s'mire'à rire,

J' portai ma tronche à la loi !
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

Les curieux s'moi l'en colère,
Voulaient m'donner à
Chariot.
Mon rat d'prison que j'révère,
D'moi, fit faire une long fagot.
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher

D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

D'pré, sans baiser la camarde,

J'décarrai, je r'commençai

Mais, bah ! grâce à quequ'bavarde,

SuTtrimar, j'fus en flaque.
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

De c'coup, les raill' me mouchèrent,
Comme un vrai bon ferlampier.
Passé singe, ils m'arqu'pincèrent
J'n'eus plus d'crainte de bilarder.
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

Malgré m'n'atout, et ma balle

Les curieux n'mont pas manqué ;

J'eus un'bonne fïèv'cérébrale

Et mon linge, fut lavé.

Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

A l'heure où j'aurai mon compte,
Où l'on m'coup'ra le sifflet,
J'montrerai comme un zig monte,
A l'abbay d'Mont-à-Regret.
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.

Hé ! qu'on m'esbign'une cholette ,

A la place du sanglier ;

Bah ! je m'moque de ma muette ;

Dépêchez-vous de m'faucher.
Et d'vant la carline
Si l'on veut t'faucher
D'Meg et d'boulanger
F... toi d'ça, fourline.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top