Chambre Garnie, Louis Aragon
Poèmes

Chambre Garnie

par Louis Aragon

Louis Aragon

À l'Hôtel de l'Univers et de l'Aveyron
Le Métropolitain passe par la fenêtre
La fille aux-yeux-de-sol m'y rejoindra peut-être
Mon cœur
Que lui dirons-nous quand nous la verrons
Compte les fleurs ma chère
Compte les fleurs du mur
Mon cœur est en jachères
Attention
L'escalier est peu sûr
Que n'es-tu la vachère
Qui mène les amants en Mésopotamie.

Extrait de: 
Feu de joie (1920)



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top