Ce que Dit le Troisième, Louis Aragon
Poèmes

Ce que Dit le Troisième

par Louis Aragon

Louis Aragon

Un poète est celui qui fait des poèmes

Un poème est la forme que prend la poésie

Mais qu'est-co que c'est qu'est-ce que c'est la poésie

Cette chose en moi cette chose en dehors de moi

Et d'abord comme si c'était appeler les choses
Par un nom qui leur ressemble et qui n'est pas le leur
Et soudain comme si c'était appeler les choses
Justement de ce bizarre nom qui est lo leur

Le linge de couleur qui sèche à la mansarde des mots
J'ouvre la fenêtre et le jardin dans la pièce entre
S'assied et croise les jambes

Ou bien des voix qui s'éloignent claires et fortes dans l'étonnement du matin

Ou des signes sur un mur que je ne comprends pas

On purge les mineurs de diamants pour voir s'ils n'en ont pas avalé

On met de l'ardoise dans la terre au pied de l'hortensia pour le rendre bleu

Et quand on est à bout de paroles il y a

Ce que tu fais à une femme enfin doucement qu'elle gémisse

Ou ton cœur déchiré mais as-tu seulement jamais vu ton cœur

Ces paroles pour toi seul tout à coup que tout le monde a surpris

La honte devant un passant d'avoir parlé à voix haute

Et pour faire semblant d'avoir chanté

Vite tu mettras par-ci par-là la frime d'une rime

Car l'homme est rassuré quand il entend l'écho

Les coqs de l'écho

Mais s'il avait seulement saisi que tu disais

Ce qui me tue

Ce sont
Maman les choses tues

Il t'aurait cependant regardé de travers

Car il ne sait pas plus que toi ce que c'est que la poésie

Peut-être est-elle cet assassin recherché
Que va trahir une blessure

Demandez à ceux qui l'ont vu son front sa bouche et ses chaussures
Et nous allons la prendre à son portrait-robot

Elle aura de
Byron le pied bot les cheveux non beurrés de
Rimbaud
Les yeux crevés d'Homère

Continuez sans moi jusqu'à satiété

Ce ravissant petit jeu de société

J'ai souvent essayé de m'imaginer la poésie

Comme le poing fermé qu'on glisse dans une chaussette

Histoire de voir s'il faut la repriser

Ou la grimace d'un enfant à soi-même dans la glace

J'ai souvent essayé de m'imaginer la poésie

Comme la pêche à l'écrevisse

Un chiffon rouge entre les pierres du ruisseau

Ou l'étincellement nocturne d'un passage clouté

Dans une ville déserte

Ou le geste subit vers le ciel d'une charrette à bras

J'ai vainement essayé de m'imaginer la poésie

On dit pourtant de moi que je suis un poète
Aussi fais-je des vers/par persuasi-on
Le jour se lève-t-il si chante l'alouette
Ou tout autre oisillon

J'ai demandé la poésie au téléphone

Il n'y a pas d'abonné au numéro que vous demandez

J'ai demandé la poésie à l'éclat des armes

Inconnue au régiment

J'ai demandé la poésie au fond d'un verre

Et la soif ne m'est point passée

J'ai demandé la poésie à toutes les portes

On m'a dit
Madame est sortie

Et moi que voulez-vous que je devienne
Comme un qui s'est endormi sur l'escalier roulant
Il saute drôlement à la dernière marche
On ferme les grands magasins

J'irai donc me laver dans la parole amère

Je lancerai galets sur galets dans la mer

Au bout d'une jetée au clignotement des phares

J'offrirai dans la rue aux fenêtres

Des oiseaux morts au bout d'un bâton

Je crierai
Chiffons chiffons dans l'aurore

Je m'allongerai comme le soleil sur les bancs de midi

N'y a-t-il pas pour celui qui chante chez les sourds

Un strapontin dans le métro

J'ai rencontré la folie aux bords de la
Seine

Tout le monde lui faisait des compliments

Je n'ai pas aimé sa coiffure

Avec ses belles dents mise à la dernière mode

Je n'ai pas trouvé le crime si charmant que tout ça

J'entrerais bien m'asseoir le soir dans les églises.

J'ai demandé la poésie au carrefour

Il paraît qu'elle était occupée

Occupée à quoi nul ne me l'a dit

Je suis le pauvre qui mendie

Par charité mes bons
Messieurs la poésie

Plus souvent dit l'un d'eux car tu irais la boire



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top