Poèmes

Avis aux Jeunes Ménages

par Henri Michaux

Henri Michaux

Dès qu'on oublie ce que sont les hommes, on se laisse aller à leur vouloir du bien.
C'est pourquoi, sans doute, on conseille de se recueillir de temps à autre, de faire retraite.

Qui n'a pas de femmes ne songe qu'à les caresser.
Qui femme a, la caresse, mais ne songe qu'à la battre.
Eh bien, qu'il la batte... pourvu qu'elle ne s'en aperçoive pas.

Cependant mieux vaut encore la tuer.
Après, ça ira mieux.
Vous vous sentirez plus d'aplomb comme si vous veniez de fumer une bonne pipe, une vraie bonne pipe.
Elle aussi d'ailleurs et elle vous appréciera davantage, vous trouvant moins préoccupé, plus vivant, plus aimable, car vous le serez, c'est immanquable.
Mais il faudra peut-être la retuer de temps en temps.
La paix dans le ménage est à ce prix.

Vous le savez maintenant.
Vous ne pouvez plus reculer...

D'ailleurs, elle-même vous tue peut-être depuis le premier jour que vous avez passé ensemble.
Pour une femme un peu délicate, un peu nerveuse, c'est presque un besoin.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top