Poèmes

À ma mère,

par Okba Naji

À ma mère,
Chaque fois, à chaque dune où le regard me porte,
Il me semble qu'ondoie la lumière blanche et chaude au-dessous du ciel bleu.
Le regard tangue avec le bruit feutré du vent sur le sable,
Debout, sans bouger on reste là. On chuchote.
Dans ce mouvement lumineux, bientôt tout s'engloutit,
Entre le ciel qu'occupe l'espace, et ces instants où personne n'entend, n'écoute,
Prisonnier d'une Autre dans cet infini immobile,
Où se perd son visage et sa voix d'une douceur égale à jamais enfouis dans le sable.
Dans ce temps où la lumière s'est arrêtée,
Dans la douleur qui habite l'âme, comme une voix sans écho, la parole se tait.
Mais toujours bat le cœur de la mère dans le champ de sa présence.
Naji Okba.



Poème publié et mis à jour le: 10 juillet 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top