Poèmes

A force de rêver

par Jean-Michel Bollet

A force de rêver, j’ai sorti de ma tête
La nudité d’été, le manteau blanc d’hiver
Et j’enfilai, un soir,
Mon habit le plus noir
Pour aller en forêt écouter le pic-vert
Frapper l’écorce avec son bec et qui s’entête
A trouver la chenille
Pimpante, sans guenille
Qui se voyait danser avec un papillon
Après avoir été légère chrysalide
Habillée en coton
Dans un bon peloton
Protégeant son anneau pour qu’il reste valide
Et préservé de la piqûre d’aiguillon
Puis est rentré mon rêve
Probablement en grève
Car il ne désirait ni le froid ni le chaud
Ni mon corps recouvert par un sombre costume
Mais la réalité
Car j’étais alité
Et je me réveillais dans une vie posthume
Où le pic-vert cessait de me faire son show.



Poème publié et mis à jour le: 30 novembre 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top