Poèmes

Tumeurs

par Jean-Michel Bollet

Lentement, dans ce lit, tu meurs
Et près de toi, ta mère pleure
Epouvantée : dans moins d’une heure
T’auront dévoré les tumeurs
Rassemblées en armées de sept
Répandues dans ton corps d’ascète
Qui ne connaît pas la recette
Pour gagner contre elles un set.
Tu as le visage défait
En repensant aux jours de fête
Alors que l’échec, la défaite
Sont les plus ignobles des faits.
Tu écartas le testament
Par crainte que ta main te mente
Et tu pris un thé à la menthe
En compagnie de ta maman
Au moment où vint le grand mal
Avec une forme optimale
Et sa créature anormale
L’abominable ogre-animal
Agrippé à ton intestin
Comme à la vieille Célestine
Revenue de la Palestine
Sur un navire clandestin.
Te voici en train de mourir
Et je devrais bien te prescrire
Un bel et clair éclat de rire
Qui, seul, pourrait te secourir.
Tu m’as dit : j’ai un gros moral
Mais la nécrose tumorale
Me fait prononcer le mot « râle » :
Mon dernier examen oral.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top