Poèmes

Traversée de la Seudre

par Jacques Réda

Comment j'avance maintenant, c'est par une succession

de mille petites morts de justesse évitées.
Et, dans le

même instant, je ne sais si pour la première fois

j'ouvre les yeux, ou si pour toujours ils se ferment.

Chaque battement de mon cœur franchit le pont d'un

fleuve absent : j'arrive, je m'éloigne,
Emportant le souci d'un infime détraquement par la

formidable horlogerie.
Et pareil à l'offrande incessante d'une jeune fille
Le tremblement du temps sur la dalle de l'estuaire
S'élève un peu plus haut que la vase pure des berges
Où deux barques brisées comme les mots d'un aphorisme
Portent l'inclinaison de la coque vide du ciel.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top