Poèmes

Tania

par Flora Tahavi

Au coeur tiède de la forêt de Bellouve, Tania se sentit soudainement perdue. Son souffle frais et rose d'effort rauque s'accéléra . Le regard un peu hagard, courageuse et frêle, elle se hâta alors, emjambant des fougères en train de se peigner les cils, écartant des multipliants qui se pâmaient dans les draps de la lumière d'hiver. Le sentier biscuitait calmement car l'averse de la veille glottinait encore furieusement la terre créole toute fardée de racines, toute gonflée de rhizomes rieurs. Et, alors que le ciel entassait des incendies internes, la mouille tiède d'une ornière à demie éveillée aspira jusqu'au fond le 41 de son Asics droite dont son jeune cou de pied se servait à présent vitement pour aller et venir encore. Cependant, le silence rayonnait et Tania fléchit son jeune corps a demi aspiré, avant d'extraire, dans des bruits de succion , son soulier lilas de la tourbe à présent allumée.
Elle revenait du bassin des Hirondelles, encore humide de son eau verte, de son alcool de roche pure. Notre héroïne était grande mais sans excès, et bien plus petite que la cascade de ses cheveux d'un noir de nuit d'amour. En outre, une heure trop courte de nage vive et pénétrante dans l'eau qui étreint l'avait comme légèrement affaiblie mais, l'entêtement cardiaque de la jeune fille, et des forces secrètes d'athlète tamoule, lui permettaient d'enchaîner encore sans fuite des pas biseautés et glissant à un rhytme de maloya audacieux. Dans sa belle tête elle tentait de calculer, dans l' équation à mille inconnues vierges de sa fraîche imagination, elle calculait en rêvant combien de pas il lui restait à dompter avant le baiser consolateur et polisson de l'orée....
(suite au creux de l'oreille...)

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top