Petite Ballade en Absurdie poème de Magdeleine Michel
Poèmes

Petite Ballade en Absurdie

par Magdeleine Michel

1
Ne tirez pas trop vite
La queue du singe bleu
Il sourit quand il agite
La pupille aux yeux brumeux

Coquille inhabitée
D'un rêve encanaillé
Sur son pelage offert

Ou la main rassasiée
Déchire des déserts
Aux fruits éparpillés

2
L'âne a cru son sabot
Mais il s'en est repenti
Il ahane, recule et trop sot
En a pris son parti
La route était trop belle
Mais le pas est rebelle

3
Des fumerolles jettent des tisons
Au chaudron d'une âme bétonnée
Qu'éclairent des champs de liserons
Dans les regards d'une lampe écornée

Elles coulent, les très longues fumées
Roulant des vagues d'horizon
Sur un ciel aux vapeurs d'oraison


Poème publié et mis à jour le: 12 fvrier 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top