Onques Traict, Flamme ou Lacqs D'amoureuse Fallace par Etienne Jodelle
Poèmes

Onques Traict, Flamme ou Lacqs D'amoureuse Fallace

par Etienne Jodelle

Amour

Onques traict, flamme ou lacqs d'amoureuse fallace
N'a point, bruslé, lié, si dur, froid, destaché
Cœur, comme estoit le mien blessé, ars, attaché,
Misérable qui est en si pénible chasse.

Ferme et gellé trop plus que le marbre et la glace
Libre et franc je n'avois crainte d'estre empesché
De playe, feu, prison, mais vivement touché
M'a l'arc, m'a le brasier, m'a la retz

qui me fasche.

Transfix, desfaict, je suis, et tellement estraint

Qu'autre cœur que le mien n'ouvre, n'emflambe ou

[ceint
Dard, brandon, ne lien de rigueur plus extrême ;

Et ne peult advenir que le nœu, feu et sang

Qui m'estrainct, me consomme et m'abreuve le flanc,
Deslie, estaigne, estanche autre que la mort mesme.


Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top