Poèmes

Amours

par Etienne Jodelle

Amour

Madame, c'est à vous à qui premièrement
J'ai voué mon esprit, et ma voix, et mon âme,
A qui j'offre ces vers que d'une sainte flamme
Amour même inspira à maint et maint amant.

Vous lirez sous le nom de quelque autre comment
L'amour de vos beaux yeux la poitrine m'enflamme ;
Vous verrez sous le nom d'une autre belle
Dame
De vos rares beautés le plus riche ornement.

Que si mon amour n'est par eux bien peint encore,
Que si votre beauté assez ne s'y décore,
Excusez, car
Amour n'a pu si ardemment

Qu'à moi ardre leur cœur d'un sujet si louable :
Il ne fut oncques
Dame, il ne fut onc
Amant,
A vous de la beauté, d'amour à moi semblable.

II

Des
Astres, des
Forêts et d'Achéron l'honneur,
Diane, au
Monde haut, moyen et bas préside,
Et ses chevaux, ses chiens, ses
Euménides guide,
Pour éclairer, chasser, donner mort et horreur.

Tel est le lustre grand, la chasse et la frayeur,
Qu'on sent sous ta beauté claire, prompte, homicide,
Que le haut
Jupiter,
Phébus et
Pluton cuide
Son foudre moins pouvoir, son arc et sa terreur.

Ta beauté par ses rais, par son rets, par la crainte,
Rend l'âme éprise, prise et au martyre étreinte ;
Luis-moi, prends-moi, tiens-moi, mais hélas ne me perds

Des flambants, forts et griefs, feux, filets et encombres,
Lune,
Diane,
Hécate, aux
Cieux,
Terre et
Enfers,
Ornant, quêtant, gênant, nos
Dieux, nous et nos ombres.

III

De quel soleil,
Diane, empruntes-tu tes traits,
La flamme, la clarté de ta face divine ?
Le haut
Amour, grand feu du monde où il domine,
Luit sur toi, puis sur nous luire ainsi tu te fais.

Pour toi les beaux pensers, les paroles, les faits,

Il crée en nous par toi, ni jamais trop voisine

Ne voile son beau feu, qui sans fin enlumine

Nos cœurs, faisant passer par tes yeux ses beaux rais.

Sans cesse il te fait donc autour de lui tourner
Pour oblique te luire, et t'armer, et t'orner,
Changeant ses rais en traits pour meurtrir ce qui t'aime.

Tu fais prendre, sans prendre en toi, son âpre ardeur ;
Avec l'ardeur aussi, j'en prends l'âpre froideur,
Car l'une vient de lui, l'autre vient de toi-même.

IV

Encor que toi,
Diane, à
Diane tu sois

Pareille en traits, en grâce, en majesté céleste,

En cœur, et haut, et chaste, et presqu'en tout le reste

Fors qu'en l'austérité des virginales lois,

La riche et rare fleur, qu'en tout ton corps tu vois,
Ton embonpoint, ta grâce, et ta vigueur attestent
Que puisqu'un autre hymen a dénoué ton ceste
Virginal, en veuvage en vieillir tu ne dois.

Que donc l'an nouveau t'offre un époux qui contente
De tes valeurs la
France et d'amour ton attente.
D'un tel vœu je t'étrenne, et si ton nom si bien

Ne te convient alors, toi qui n'es pas moins belle
Que
Vénus, prends son nom et, le mêlant au tien,
Fais que
Dione ensemble et
Diane on t'appelle.

V

Si quand tu es en terre, ô
Diane, ta face
De ta face qui luit dans le ciel presqu'éteint
L'argentine blancheur, si sur ce blanc ton teint
Plein de roses l'Aurore au teint rosin efface,

Si deux flambeaux du ciel les plus vifs ont pris place
Dessous ton front, s'il faut que quand le
Soleil ceint
De rais ses cheveux blonds, et que les deux il peint
De son or le plus beau, ton poil honte lui fasse,

Si,
Diane et
Dione, en l'air de toutes parts
Une odeur d'ambroisie et nectar tu épars,
Si tu as tout ce qu'ont les
Déesses suprêmes,

Si ton esprit ressemble un
Dieu logé dans toi,
Je crois tous nos esprits, t'appréhendant en soi,
Dans la terre jouir de tout l'heur des cieux mêmes.

VI

Ouand ton nom je veux faire aux effets rencontrer
De la sœur de
Phébus, qui chaste et chasseresse
Est tant au ciel qu'en terre et aux enfers
Déesse,
Elle fort dissemblable à toi se vient montrer.

Diane ses chiens mène, et aux pans fait entrer

Ses cerfs ; tu peux mener les grands héros en laisse,

Ains les prendre en tes rets ; son arc le seul corps

blesse,
Tes traits peuvent au fond des âmes pénétrer.

De son frère elle emprunte en son ciel la lumière,
Dedans tes yeux flambants et rayonneux son frère
Prendrait ce qui croîtrait sa lumière et ses feux.

Aux
Enfers elle n'a que sur les morts puissance,
Sur nous, ains sur les
Dieux, par rigueur et clémence,
Faire en la terre un ciel ou un enfer tu peux.

VII

Quelque heu, quelque amour, quelque loi qui t'absente
Et ta déité tâche ôter de devant moi,
Quelque oubli qui, contraint de heu, d'amour, de loi,
Fasse qu'en tout absent de ton cœur je me sente,

Tu m'es, tu me seras sans fin pourtant présente
Par le nom, par l'effet fatal qui est en toi ;
Par tout tu es
Diane, en tout rien je ne vois,
Qui mon œil, qui mon cœur de ta présence exempte

En la terre, et non pas seulement aux forêts,
De moi vivant l'objet continuel tu es,
Etant
Diane ; et puis si le ciel me rappelle,

O
Lune, ton bel œil mon heur malheurera ;
Si je tombe aux
Enfers, mon seul tourment sera
De souffrir sans fin l'œil d'une
Hécate tant belle.

VIII

Si quelqu'un veut savoir qui me lie et enflamme,
Qui esclave a rendu ma franche liberté
Et qui m'a asservi, c'est l'exquise beauté
D'une que jour et nuit j'invoque et je réclame.

C'est le
Feu, c'est le
Nœud, qui lie ainsi mon âme,
Qui embrase mon cœur et le tient garrotté
D'un lien si serré de ferme loyauté
Qu'il ne saurait aimer ni servir autre
Dame.

Voilà le
Feu, le
Nœud, qui me brûle, et étreint ;
Voilà ce qui si fort à aimer me contraint
Celle à qui j'ai voué amitié éternelle

Telle que ni le temps, ni la mort ne sauroit
Consommer ni dissoudre un lien si étroit
De la sainte union de mon amour fidèle.

IX

Amour vomit sur moi sa fureur et sa rage ;
Ayant, un jour, du front son bandeau délié,
Voyant que ne m'étais sous lui humilié
Et que ne lui avais encore fait hommage,

Il me saisit au corps et en cet avantage
M'a les pieds et les mains garrotté et hé ;
De l'or de vos cheveux plus qu'or fin délié,
Il s'est voulu servir pour faire son cordage.

Puis donc que vos cheveux ont été mon lien,
Madame, faites-moi, je vous prie, tant de bien,
Si ne voulez souffrir que maintenant je meure,

Que j'aie pour faveur un bracelet de vous,
Qui puisse témoigner dorénavant à tous
Qu'à perpétuité votre esclave demeure.

X

Ou soit que la clarté du soleil radieux
Reluise dessus nous, ou soit que la nuit sombre
Lui efface son jour et de son obscure ombre
Renoircisse le rond de la voûte des deux,

Ou soit que le dormir s'écoule dans mes yeux,
Soit que de mes malheurs je recherche le nombre,
Je ne puis éviter à ce mortel encombre,
Ni arrêter le cours de mon mal ennuyeux.

D'un malheureux destin la fortune cruelle
Sans cesse me poursuit et toujours me martèle ;
Ainsi journellement renaissent tous mes maux.

Mais si ces passions qui m'ont l'âme asservie,
Ne soulagent un peu ma misérable vie,
Vienne, vienne la mort pour finir mes travaux.

XI

Passant dernièrement des
Alpes au travers —
J'entends ces
Alpes hauts dont les roches cornues
Paraissent en hauteur outrepasser les nues —
Lorsqu'ils étaient encor de neige tout couverts,

J'aperçus deux effets étrangement divers,
Et choses que je crois jamais n'être advenues
Ailleurs, car par le feu les neiges sont fondues,
Le chaud passe le froid par tout cet univers.

Autre preuve j'en fis que je n'eusse pu croire :
La neige dans le feu, son élément contraire,
Et moi dedans le froid de la neige, brûler

Sans que la neige en fut nullement consumée ;
Puis tout en un instant cette flamme allumée
M'environnait de feu et me faisait geler.

XII

Madame, j'ai regret de quoi je n'ai cet heur
De trouver le moyen de vous faire connaître
De quelle affection je désire vous être
Perpétuellement fidèle serviteur.

Ma grande affection est au comble et hauteur
De sa perfection, elle ne peut plus croître :
Raison en fut la mère, et d'elle elle fit naître
Ce désir que je porte enclos dedans le cœur.

L'Amour qui engendra ce désir-là,
Madame,
Se fit maître de moi, se saisit de mon âme
Dès lors que vos beautés que l'on doit admirer

Furent sans y penser de mes yeux aperçues ;
Soudain que par les yeux le cœur les eût reçues,
Il n'a depuis rien fait sinon les adorer.

XIII

Plutôt la mort me vienne dévorer
Et engloutir dans l'abîme profonde
Du gouffre obscur de l'oblivieuse onde
Qu'autre que toi l'on me voie adorer.

Mon bracelet, je te veux honorer
Comme mon plus précieux en ce monde :
Aussi viens-tu d'une perruque blonde
Qui pourrait l'or le plus beau redorer.

Mon bracelet, mon cher mignon, je t'aime

Plus que mes yeux, que mon cœur, ni moi-même,

Et me seras à jamais aussi cher

Que de mes yeux m'est chère la prunelle,
Si que le temps ni autre amour nouvelle
Ne te feront de mon bras délâcher.

XIV

J'aime le vert laurier dont l'hiver ni la glace
N'effacent la verdeur en tout victorieuse,
Montrant l'éternité à jamais bienheureuse
Que le temps, ni la mort, ne change, ni efface.

J'aime du houx aussi la toujours verte face,
Les poignants aiguillons de sa feuille épineuse ;
J'aime le lierre aussi et sa branche amoureuse
Qui le chêne ou le mur étroitement embrasse.

J'aime bien tous ces trois, qui toujours verts

ressemblent
Aux pensers immortels qui dedans moi s'assemblent,
De toi que nuit et jour, idolâtre, j'adore ;

Mais ma plaie, et pointure, et le
Nœud qui me serre,
Est plus verte, et poignante, et plus étroite encore
Que n'est le vert laurier, ni le houx, ni le lierre.

XV

Jusqu'aux autels je n'irai seulement
Me présenter victime au sacrifice ;
Plus outre encor pour vous faire service,
J'irai,
Madame, affectionnément.

Je suis à vous dédié tellement
Que je ne crains gêne, mort, ou supplice ;
Ce m'est assez, mais qu'en mourant je puisse
Vous apporter quelque contentement.

Longtemps y a que je porte,
Madame —,
Vous le savez — ce désir en mon âme,
A tout le moins vous le devez savoir.

Je suis toujours en cette même envie,

Et si ne puis autre vouloir avoir

Que d'employer en vous servant ma vie.

XVI

Que n'ai-je mes esprits un peu plus endormis,
Mon cerveau plus pesant, et l'âme plus grossière
Pour ne sentir si fort une douleur meurtrière,
Qui fait que sans repos, languissant je gémis.

Mes sens sensibles trop, ce sont mes ennemis
Qui, époints jusqu'au vif d'une douleur trop fière,
Ont perdu le repos, la liberté première,
Pour trop sentir le mal qu'en eux ils ont permis.

Si je n'eusse à clair vu ta grâce et ton mérite,

Mon mal serait léger, et ma peine petite ;

Mais pour voir, pour connaître et sentir jusqu'au fond

Ta grâce, ta valeur, ta rigueur ennemie,

Mes yeux, esprits et sens, trop clairs, trop vifs, trop

prompts,
Sont meurtriers, sont tyrans, sont bourreaux de ma vie.

XVII

Maudirai-je,
Madame, ou le sort envers moi
Cruel et inhumain, ou ma triste aventure
Qui fait que de tout temps, misérable, j'endure
Mille et mille tourments sous l'amoureuse loi ?

Maudirai-je l'amour, maudirai-je de toi

La grâce ou la rigueur et trop douce et trop dure ?

Maudirai-je de moi une encline nature

A suivre et recevoir le mal que je reçois ?

Ah non ! je ne saurais autre chose maudire
Que ce même qu'en moi, de plus rare, j'admire !
C'est mon affection, ma constance, et ma foi.

Car tout aussi soudain qu'une maîtresse j'aime
D'une ferme constance et d'un amour extrême,
Soudain le sort cruel la retire de moi.

XVIII

Avec ton cher portrait, qui dans mon âme éprise
Est mieux peint qu'il n'est peint dans ton présent si

cher,
Tu fis sur le dehors tailler un dur rocher,
Devise que la foi constante a toujours prise.

Le flot, le vent, la foudre, un dur rocher ne brise,
Ta foi du temps faucheur fait l'acier reboucher
Mais lors il me fallut d'autres marques chercher
Pour ma foi qui l'acier du même temps méprise.

Avec mon portrait même en basse taille donc

Des figures tu vis, qui ne furent adonc

Selon mon vrai projet par vers bien découvertes.

Pour renfort des premiers, ces vers-ci que tu lis,
Puissent rendre envers toi ces choses que tu vis,
Avec ma foi, mon âme, et mon cœur, plus ouvertes

XIX

Afin qu'en cet ouvrage, aux faces de dehors,
Selon l'an, l'une à l'autre accordance se treuve,
Dans deux temples divers se fait la double épreuve
De deux effets d'aimer, plus étroits et plus forts :

De
Pylade et d'Oreste un débat sur leurs morts.
Dans le temple
Taurique, une extrême foi preuve ;
Dans le temple
Troyen, d'un
Chorèbe s'épreuve
L'amour, qui fait son cœur n'avoir soin de son corps.

Ouvrant l'ouvrage, on voit une foi plus étreinte,
Qui à toi, par
Diane en l'un des côtés peinte,
Sur un autel de
Foi, quand même il se ferait

Pour elle autel de mort, jusqu'à tout est jurée,
Et qui là sur toute autre amour fort assurée,
De mort, et de toute autre amour, triompherait.

XX

Des trois sortes d'aimer, la première exprimée
En ceci, c'est l'instinct, qui peut le plus mouvoir
L'homme envers l'homme, alors que d'un hautain

devoir
La propre vie est moins qu'une autre vie aimée.

L'autre moindre, et plus fort toutefois enflammée,
C'est l'amour que peut plus l'homme à la femme avoir.
La tierce c'est la nôtre, ayant un tel pouvoir,
De la femme la foi vers la femme animée.

Que des deux hommes donc taillés ici, les nœuds
Tant forts cèdent à nous !
Que sur tes ardents feux —
O amour — cet amour entier soit encor maître.

L'autel même de mort ferait foi de ceci,

Que l'autel de
Foi montre.
A jamais donc ainsi

Diane en
Anne, et
Anne en
Diane puisse être.

XXI

Je vivais mais je meurs, et mon cœur, gouverneur
De ces membres, se loge autre part ; je te prie,
Si tu veux que j'achève en ce monde ma vie,
Rends-le moi, ou me rends, au lieu de lui, ton cœur.

Ainsi tu me rendras à moi-même, et tel heur
Te rendras même à toi ; ainsi l'amour qui lie
Le seul amant, liera et l'amant et l'amie.
Autrement ta rigueur ferait double malheur,

Car tu perdras tous deux : moi premier qui trop t'aime
Et toi qui, n'aimant rien, voudras haïr toi-même.
Mais, las ! si l'on reproche à l'un et l'autre un jour,

Et l'une et l'autre faute, à moi qui trop t'estime,
A toi qui trop me hais, plus grand sera ton crime,
D'autant plus que la haine est pire que l'amour.

XXII

Quelle humeur, mais quel crime alors qu'on se

dispense
D'éventer les faveurs qu'on reçoit en amour,
Qu'on ouvre au bruit la voie, et que d'un heureux tour
Moins que du bruit, de l'heur être heureux on se

pense,

Qu'on ravit, sacrilège, à l'amour le silence
Qui le garde et l'escorte, épiant tout autour ;
L'odeur qu'au jour on met se perd de jour en jour,
Le découvert trésor souvent son maître offense.

Par cet heur, par cet art de celer et tâcher
Que tel bien puisse même à
Phébus se cacher.
Qui voit, comme il vit
Mars et
Vénus, toute chose,

On bannit hors d'amour tout mal qui lui fait tort,
Dol, blâme, change, envie, effroi, remords et mort,
Et des deux parts, maîtresse, on double l'ardeur close.

XXIII

Quel heur,
Anchise, à toi, quand
Vénus sur les bords
Du
Sïmoente vint son cœur à ton cœur joindre !
Quel heur à toi,
Paris, quand Œnone un peu moindre
Que l'autre, en toi, berger, chercha pareils accords !

Heureux te fit la
Lune,
Endymion, alors

Que tant de nuits sa bouche à toi se vint rejoindre !

Tu fus,
Céphale, heureux, quand l'amour vint

époindre
L'Aurore sur ton veuf, et pâle, et triste corps !

Ces quatre, étant mortels, des
Déesses se virent
Aimés, mais leurs amours assez ne se couvrirent.
Au silence est mon bien : par lui,
Maîtresse, à toi

Dans mon cœur plein, content et couvert, je n'égale
Vénus, Œnone,
Lune,
Aurore, ni à moi
Leur
Anchise,
Paris,
Endymion,
Céphale.

XXIV

Je te rends grâce,
Amour, et quiconque des
Dieux
Favorise aux amants, non de la
Dame acquise
Par moi, qui de vous,
Dieux, devait être conquise,
Tant sa grâce et beauté se rend digne des
Cieux ;

Non pour l'espoir que j'ai qu'elle, qui par ses yeux
Pleins de rais et de feux mon cœur sans cesse attise,
Pourra mieux apaiser la flamme en l'âme éprise
Pour, même en l'apaisant, l'attiser encor mieux.

Tels bienfaits envers vous étreignent mon service,
O
Dieu, ô cher
Amour !
Mais plus grand bénéfice
Ce m'est que vous couvrez ma flamme aux yeux de tous.

Mon heur être céleste et divin je proteste ;

Si donc à tous mortels vous cachez l'heur céleste,

A tous mortels cachez l'heur qui m'égale à vous.

XXV

La roche du
Caucase où du vieil
Prométhée
L'aigle vengeur sans fin va le cœur becquetant
Et la roche où
Sisyphe en vain va remontant,
Lâchant toujours au haut sa pierre en vain portée,

Vont à plusieurs amants dont l'âme est tourmentée,
Ou bien se feint de l'être, un sujet apportant,
Montrant qu'ils vont encor la peine surmontant,
Qui aux deux roches fut à ces deux arrêtée.

Moi qui ne veux point feindre un tel mal, pour objet
De mes yeux, pour seul but de mon cœur, pour sujet
De mes vers, j'ai la roche où d'une ardeur extrême

Je prétends tout ainsi qu'on ferait au sommet
Du rocher épineux où la vertu l'on met.
Aussi si j'y atteins, j'atteins la vertu même.

XXVI

Des maux qu'un désespoir ou qu'un espoir contraire,
Coup sur coup dedans moi l'un de l'autre naissant,
M'enflammant de désirs et de pleurs me glaçant,
Par frissons, par brasiers continus m'ont pu faire,

Des maux que j'ai soufferts pour voir maint adversaire
S'opposer à mon but, et des maux plus puissants
Dont tes beaux traits, sans fin dans mon cœur

repassant,
Semblent en lui ma vie et défaire et refaire,

De mes ennuis, chagrins, regrets, fureurs, douleurs,
Langueurs, pleurs et sanglots, enfants de mes

malheurs,
Ni du cruel délai s'il faut encor attendre,

Je ne me plains pourvu qu'un
Oui, qu'un
Nenni
Me fasse heureuse vie ou mort heureuse prendre,
Mort qui de vie égale à cent morts m'ait banni.

XXVII

En ce jour que le bois, le champ, le pré verdoie
Et qu'en signe d'un vert tant désirable et gai,
Avec maint ardent vœu l'amant plante son mai
Pour marque que l'amour reverdissant flamboie,

Le ciel au lieu de moi dedans ton cœur envoie
Pour mai un bon vouloir, et verdoyant, et vrai,
Ayant vraie racine et qui sans long délai
Porte à tous deux un fruit d'heur, d'amour et de joie.

En un
Printemps d'amour l'égard trop froidureux
Des biens ne fasse naître un hiver malheureux.
Aux riches nonchalants on voit les biens décroître ;

Au cœur et noble et vrai, par peine le bien croît ;
Si par l'égard des biens le cœur des tiens décroît,
Par tel mai fais leur cœur et mon espoir recroître.

XXVIII

Et quoi ? tu fuis
Amour ?
Dis-tu pas : et pourquoi ?
Et n'est-ce pas celui qui règne et qui domine
Bravement par-dessus cette ronde machine,
Et qui tient tout le monde esclave sous sa loi ?

Est-il
Prince qui vive,
Empereur, ni grand
Roi,
Qui dessous son pouvoir humblement ne s'incline ?
Et tu dis que ton cœur obstiné détermine
De fuir cet
Amour, le chassant loin de toi ?

Contre toi, contre
Amour, feras-tu la rebelle ?
Tu n'es même qu'Amour, et l'Amour je t'appelle ;
Il se campe, il se sied dedans toi ce vainqueur.

Hélas ! je le sais bien, je l'ai vu en ta face
Décocher mille traits de tes yeux en mon cœur.
Et quoi, le voudrais-tu déloger de sa place ?

XXIX

Celle qui est au vif de quelque amour atteinte,
Quel
Dieu ou quel
Argus empêcher la pourrait
D'accomplir un amour mutuel qu'elle auroit ?
Amour donne toujours moyen à la contrainte.

Mais qui a la vertu dans son cœur bien empreinte
Et qui ne veut aimer fors que ce qu'elle doit,
Quel
Dieu, quel
Jupiter rallumer lui feroit
D'un autre amour le feu de sa poitrine sainte ?

Que sert doncques le guet, ou
Argus aux cent yeux
Le fort de la vertu immuable vaut mieux :
Argus s'aveugla bien par le saint caducée.

Dont ce temps, dont mon sort, dont mon aigreur

Ni une pluie d'or au giron amassée

Puisse contraindre ou vaincre un vouloir en amour.

XXX

Comme un qui s'est perdu dans la forêt profonde,
Loin de chemin, d'orée, et d'adresse, et de gens,
Comme un qui en la mer grosse d'horribles vents
Se voit presque engloutir des grands vagues de l'onde,

Comme un qui erre aux champs lorsque la nuit au

monde
Ravit toute clarté, j'avais perdu longtemps
Voie, route et lumière, et presque avec le sens
Perdu longtemps l'objet où plus mon heur se fonde.

Mais quand on voit — ayant ces maux fini leur tour —
Aux bois, en mer, aux champs, le bout, le port, le jour,
Ce bien présent plus grand que son mal on vient croire.

Moi donc qui ai tout tel en votre absence été,

J'oublie, en revoyant votre heureuse clarté,

Forêt, tourmente, et nuit, longue, orageuse et noire.

XXXI

En mon cœur, en mon chef, l'un source de la vie,
L'autre siège de l'âme, un amour haut et saint
Votre sacré portrait a si vivement peint
Que par mort ne sera sa peinture ravie.

Car l'une n'étant point à la mort asservie,
Ce qui est peint au vif dedans elle, et empreint
Au cœur dans le désir qui ne peut être éteint
Sans l'âme, en l'âme vit bien que le corps dévie.

Mais las ! l'œil de mon corps, qui ne se peut passer
De voir incessamment ce que voit son penser,
Fait qu'avec telle ardeur je vous requiers tel gage.

Votre image, de grâce, au corps ne refusez
Ou bientôt par langueur, si de refus usez,
II verra l'âme au ciel emporter votre image.

XXXII

Allez, mes vers, enfants d'un deuil tant ennuyeux
Que mon pleur plus que l'encre amoitit cette carte !
Las, allez !
Puisqu'il faut que mon
Soleil s'écarte,
Accompagnez la nue épaisse de mes yeux !

Allez mes pleurs, sourdant d'un cœur tant curieux
De ces beaux rais qu'il faut qu'avecques eux il parte !
Allez doncques, mon cœur, l'âme ferait la quarte,
Mais dans moi ce
Soleil veut s'en servir bien mieux !

Or puisqu'il faut que vif, en mourant, je demeure,
De peur que le renom d'un si beau feu ne meure,
Allez tous trois, au moins dire jusqu'en ce lieu,

Dont le vers, l'œil, le cœur, et l'âme anend sa force,
Le triste mot, hélas !
Vous ne pouvez qu'on force
Ce qui nuit !
Dites donc : adieu, mon
Dieu, adieu.

XXXIII

Il faut que pour ton mai quiconque soit celui,
Madame, qui plus digne en son esprit t'adore,
D'un vert et grand laurier à ta porte il honore
Ton beau nom, tes beautés, tes vertus aujourd'hui.

Si mon double laurier sèche presque d'ennui,

Dont ce temps, dont mon sort, dont mon aigreur

dévore
Sa verdeur et grandeur, si crois-tu faire encore
Qu'Apollon et
Mars même auront honneur en lui.

Mais il faut que cet autre en plantant ce mai brave,
Ces vers-ci pris de moi dedans
Pécorce il grave :
Au nom pour qui l'honneur des
Françoises fut tel,

Aux beautés, aux vertus, de notre temps la gloire,
Pour trois couronnes faire à la triplé victoire,
Voué, sacré, planté fut cet arbre immortel.

XXXIV

Recherche qui voudra cet
Amour qui domine
Comme l'on dit, les
Dieux, les hommes, les esprits,
Qu'on feint le premier né des
Dieux, et qui a pris
Eternellement soin de cette grand'machine,

Dont l'arc, le trait, la trousse et la torche divine
N'a rien que la vertu pour son but et son prix,
Sans passions, douleurs, remords, larmes et cris :
Quant à moi, je croirai que tel on l'imagine,

Et qu'au monde il n'est point.
Quant aux fausses

amorces
De l'autre aveugle
Amour, j'en dépite les forces.
Mais je crois si
Amour aucun nous vient des
Cieux,

C'est lorsque deux moitiés par mariage unies
Quittent pour l'amour vrai dont se paissent leurs vies
Tout amour fantastique et tout amour sans yeux.

XXXV

Pourrais-je voir l'heureuse et fatale journée
Où deux âmes, deux cœurs et deux corps enlacés
Dans le beau ret d'amour se verront caressés
Egalement tous deux du doux nom d'Hyménée,

Lorsqu'étant avec
Anne
Antoinette enchaînée
Tous nos esprits seront l'un de l'autre embrassés,
Et mêlés l'un dans l'autre, et sans être lassés
De connaître l'autre âme être pour l'autre née ?

Plutôt que ce doux bien m'échappe hors des mains
Et qu'Amour et les
Dieux me soient tant inhumains,
Je désire, ô
Amour, que tu changes ta flèche

A celle de la
Mort, afin de m'en tuer ;
Mais, si tu fais ce bien, que, pour perpétuer
Ton fait, jamais la
Mort n'y puisse faire brèche.

XXXVI

Tout cet hiver par l'âpre et l'aigre véhémence
De longue maladie a sur moi tempêté
Plus que sur un vaisseau dans la mer tourmenté
N'eût fait son orageuse et froide violence.

Mais de mes maux le pire était la dure absence
De mon
Soleil sans qui je haïrais la clarté
De l'autre qui, m'ayant son printemps présenté,
De ma
Dame me rend quant et quant la présence.

Mais comme de l'hiver la queue on voit durer,
Le printemps fait mon corps aussi bien endurer
Que l'hiver et le
Ciel de mes maux ne se lasse.

Or si ma faute, hélas ! faite en mon long séjour,
De ne voir mon
Soleil le rend trouble au retour,
Mon malheur du printemps mes maux de l'hiver passe.

XXXVII

Sans pleurer — car je hais la coutumière feinte
De nos amants, qui n'ont que leurs pleurs pour sujet —
D'un cœur ardent, dolent, dévot, soumis, abjet,
Je me jette aux saints pieds de toi, maîtresse sainte.

La feinte n'a mon âme à tel acte contrainte :
Tel esprit ne peut être à la feinte sujet,
Mais jà depuis cinq mois j'ai toujours pour objet
Ma faute qui s'est même à telle amende étreinte.

Pardonne donc,
Déesse, accuse mon malheur,
Non pas moi, dont le
Ciel jaloux empêche l'heur,
Si tu dis mes malheurs chasser ta bienveillance.

Vu qu'on ne doit l'amant si malheureux aimer,
Viens ton cœur pour mon bien contre mon mal armer :
J'aurai du bien le comble, et du mal la vengeance.

XXXVIII

Quand ton nom je veux feindre, ô
Françoise divine,
Des
Françaises l'honneur, je puis bien te nommer
Vénus pour tes beautés, mais ta façon d'aimer
Ne convient point au nom de
Vénus la marine ;

De l'attique
Pallas, ta voix et ta doctrine
Mérite encor le nom, mais tu ne veux t'armer
Fors des rais de tes yeux dont tu viens enflammer
Dans mon cerveau mon sens, mon cœur dans ma poitrine.

Diane délienne, un presque pareil port

Te peut faire appeler, mais l'aigre ou le doux sort

Dessous le joug d'Hymen dès longtemps te rend serve.

Je veux — laissant aux
Grecs dont ces noms sont venus
Leurs
Déesses — te dire et
Françoise
Vénus,
Et
Françoise
Diane, et
Françoise
Minerve.

XXXIX

Admirant ta blancheur, beauté, majesté, gloire,
Qui sur ton front placée orgueillit tout ton port,
Et ce qui de l'esprit comme un oracle sort,
Car c'est un
Dieu renclos qui meut ce corps d'ivoire,

Digne de te servir je ne me saurais croire,
Eussé-je un cœur plus haut et tout un autre sort
Et mon corps logea-t-il pour te venger de mon
Quelque grand'
Muse, fille et mère de
Mémoire.

Comme de te servir indigne je me sens,
Je sens pour te louer incapables mes sens ;
Si faut-il que je t'aime et faut que je te chante.

Ta faveur qui fera mon humblesse hausser,

Ta déité qui fait mon esprit renforcer,

Rend mon service digne, et ma
Muse puissante.

XL

De moi-même je suis dévotieux,
Madame ;
C'est d'où me vient vers toi telle adoration.
Mais ce
Saint
Jour requiert autre dévotion
Si mon amour pour toi n'occupait toute l'âme.

Ce prompt
Démon qui voit que mon zèle j'enflamme,
Baisant la croix, oyant la sainte
Passion,
De sa flamme jaloux, vient par tentation
Mon esprit retirer de l'autre
Sainte
Flamme.

Il m'offre hélas ! la croix qu'il me faudrait porter
Si tu me viens ta grâce et ta présence ôter,
Me faisant de ton ciel redescendre en la terre.

Jà la peur, mon tyran, crucifier me veut,

Et ma croix enserrer dans un enfer me peut

Au lieu que l'autre croix hors d'enfer nous desserre.

XLI

Sappho, la docte
Grecque à qui
Phaon vint plaire
Chantant ses feux, de
Muse acquêta le surnom ;
Corrine vraie ou fausse aux vers a pris renom,
Dont le
Romain
Ovide a voulu la portraire.

Pétrarque
Italien, pour un
Phébus se faire,
De l'immortel laurier alla choisir le nom ;
Notre
Ronsard
Français ne tâche aussi sinon
Par l'amour de
Cassandre un
Phébus contrefaire.

Si tu daignes m'aimer,
Défie, si tu veux
Chanter ta flamme ainsi que docte tu le peux,
Si je chante
Délie, un prix nous pourrons prendre

En hautesse d'amour, en ardeur, et en art,

Sur
Sappho, sur
Ovide, et
Pétrarque, et
Ronsard,

Sur
Phaon, et
Corrine, et sur
Laure, et
Cassandre.

XLII

Je me trouve et me perds, je m'assure et m'effroie,
En ma mort je revis, je vois sans penser voir,
Car tu as d'éclairer et d'obscurcir pouvoir,
Mais tout orage noir et rouge éclair flamboie.

Mon front qui cache et montre avec tristesse, joie,
Le silence parlant, l'ignorance au savoir
Témoignent mon hautain et mon humble devoir :
Tel est tout cœur qu'espoir et désespoir guerroie.

Fier en ma honte et plein de frissons chaleureux,
Blâmant, louant, fuyant, cherchant l'art amoureux,
Demi-brut, demi-dieu je suis devant ta face,

Quand d'un œil favorable et rigoureux, je crois,
Au retour tu me vois, moi las ! qui ne suis moi :
O clairvoyant aveugle, ô
Amour, flamme et glace !

XLIII

Je ne suis de ceux-là que tu m'as dit se plaindre
Que leur
Dame jamais ne leur donna martel ;
Vu l'âme véhémente, un dur martel m'est tel
Qu'il peut plus à la mort qu'à l'amour me contraindre.

S'il peut doncques l'amour avec ma vie éteindre,
En tout amour je chasse un poison si mortel ;
Puis ayant mon sujet haut, céleste, immortel,
Humble et petit, pourrais-je en moi tel mal empreindre ?

Mais las ! d'avoir peur d'être en ton cœur effacé,
Craindre qu'un
Delta double en chiffre entrelacé
Ne soit plus pour mon nom, craindre qu'en ton absence

Tu ne me fasses plus tes lettres recevoir,

Ce n'est pas un martel, c'est d'amour le devoir

Qui montre en froide peur l'ardente révérence.

XLIV

Aux communes douleurs qui poindre en ce jour

viennent
Tous cœurs chrétiens,
Pétrarque alla chanter qu'il prit
De ses douleurs la source, et par là nous apprit
Que les ruses d'Amour dépourvus nous surprennent.

En ces jours où les cieux, la mort, les pleurs retiennent
Nos cœurs ardents, quel heu reste au feu qui l'éprit ?
Il ne se gardait pas du lacs qui le surprit
Non plus que moi des rets qui plus fort me reprennent.

Bien qu'Amour sache assez qu'il est en moi trop fort,
Pour croître du tourment, non du désir, l'effort,
Il arme la peur froide, et l'aigre défiance.

Pétrarque à l'heure eût pu perdre sans grand'douleur
L'heur inconnu ; ma perte aurait, las ! ce malheur
D'avoir de l'heur perdu si haute connaissance.

XLV

Par quel sort, par quel art pourrais-je à ton cœur

rendre,
Au moins s'il peut vers moi s'engourdir de froideur,
Cette vive, gentille et vertueuse ardeur
Qui vint pour moi soudain de soi-même s'éprendre ?

Et quoi ? la pourrais-tu comme auparavant prendre
Pour fatale rencontre, et parlant en rondeur
D'esprit, comme je crois la juger pour grand heur,
Qui plus à ton esprit contentement engendre ?

Tel que je m'en sentais, indigne je m'en sens,

Mais de ta foi ma foi s'accroît avec le temps.

Quel moyen donc ? si c'est par grandeur, je le quitte ;

Si par armes et gloire, au haut cœur nos malheurs
S'opposent ; si par vers, tu as des vers meilleurs.
Ton haut jugement peut sauver seul mon mérite.

XLVI

Chaque temple en ce jour donne argument fort ample
De joie, refaisant son haut faîte sonner
Et d'un chant gai son chœur et sa nef résonner,
Où chaque image à nu découverte on contemple.

En l'église je prends de l'Eglise l'exemple :
Je veux le deuil, la peur, la peine abandonner,
Et en blancheur soudain telle noirceur tourner
Si je te puis sans robe adorer dans ton temple.

Le grand jour de demain disposé d'être beau
Peut avec un printemps me tirer du tombeau
Si de vaincre ma mort tu prends soudaine envie :

Je dirai, sans vouloir rien à
Dieu comparer,
Que s'il peut revivant nos vies réparer,
Revivant par toi-même, à toi je rendrai vie.

XLVII

En tous maux que peut faire un amoureux orage
Pleuvoir dessus ma tête, il me plaît d'assurer
Et séréner mon front, et sans deuil mesurer
De l'âme l'allégresse à celle du visage.

Ta fille tendrelette, admirable en cet âge
Où elle tète encor, vient tes coups endurer
Sur ses petites mains, sans crier, sans pleurer,
Sans frayeur, sans aigrir visage ni courage.

Pour te baiser, son col allonger tu lui vois

A chaque coup de bust qu'elle sent sur ses doigts

Quand, mauvaise, tu fais un jeu de lui mal faire.

De geste tout pareil, quand tu viendras user
De rudesse envers moi, je veux tes mains baiser,
Si un baiser meilleur au moins ne te vient plaire.



Poème publié et mis à jour le: 02 dcembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top