Poèmes

Marbre d'enfance

par Lou Mishel

Si le monde est de marbre ?

Nos coeurs de soeurs restent un arbre
Se souvenant du temps de sa gloire
Elle qui a trouvé trop de noir
Dans son futur d'un passé
D'enfant mal aimé
Elle qui aimait d'un bon goût
Avec coquetteries et grande vie
Les challenges menés jusqu'au bout
Des rêves qu'elle faisait sans demies
Mesures ni découragement
Puis la petite Elisabeth, s'est réveillée
Au fond d'une bouteille qui l'a consolé
De plus en plus intensément
Les hommes ont prit sur leurs passages
Ses plus belles pages
Lui laissant , celles jaunies
De leurs odeurs nauséabondes
Flétrissant celles des enfants en fleurs
Dont elle ne voyait pas le bonheur
De les avoir reçu en cadeaux précieux
Puisqu'elle était elle même, une enfant cachée
Au fond de la femme qu'elle est devenue
Une femme mal accompagnée
choisissant de laisser pleurer
Son coeur ravagé dans une noyade
Au lieu de se sauver du grade
Des illusions perdues
De l'espoir abattu
Et même quand , un jour, elle a traversé
La solitude n'a pue être d'amitié
Préférant être mal accompagné
Que de regarder les promesses s'écrire
Dans un nouveau ciel sans pire
La femme porte l'enfant
L'enfant se fait méchant
Au cœur qui sans cesse
A l’éternel recommencement
Crie, les bassesses
Ces seules cris d'amour
D’illettrisme restant sourd

Lou Mishel

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top